La soirée du 13 Novembre à Astaffort

Vendredi 13 novembre a eu lieu une réunion d’information à l’initiative de l ‘ association « on n ‘est pas sortis de l ‘auberge » à propos de l’accueil des demandeurs d’asile et des sans papiers .
Etaient invitées pour nous éclairer plusieurs associations agenaises investies depuis plusieurs années auprès de ces populations concernées, à savoir :
   * La CIMADE : organisme qui œuvre depuis avant la dernière guerre mondiale pour l ‘accueil des demandeurs d’asiles et qui a tout particulièrement accès aux centres de rétention .
Il faut noter que la CIMADE s’occupe tout particulièrement des demandeurs d’asile . C’est une association nationale qui a tout de même 200 permanents et qui met en œuvre des formations à la demande.
* Le MRAP: mouvement contre le Racisme et pour l ‘amitié entre les peuples.
* RESF: réseau éducation sans frontières collectif créé il y a une dizaine d ‘années principalement par des enseignants choqués par le fait que l’on vienne arrêter les parents de leurs enfants scolarisés à la porte des écoles . . RESF s’occupe des dossiers et des conditions d’ accueil, d’hébergement, le plus souvent de déboutés du droit d’asile , accompagne les demandeurs à la préfecture etc…

   * SYLLABE: Association d’enseignement du français aux étrangers primo-arrivants.

   * BIENVENUE: collectif incluant secours catholique, CCFD ( comité contre la faim et pour le développement), l’ ACAT( association chrétienne contre la torture )qui vient d’ accueillir deux familles syriennes sur Agen .
Un peu d’ histoire:
En 1939, 600000 Alsaciens et Lorrains coincés entre la ligne Maginot et le Front sont expulsés et accueillis dans d ‘autres régions de France pour y être protégés. 400000 d’entr’ eux sont installés dans le grand sud ouest dont 15000 dans le seul Lot et Garonne .
Vendredi 13 novembre 2015 seules 7 communes du lot et Garonne ont proposé d’ accueillir des réfugies  politiques.
Des chiffres :
En temps normal 80% des demandeurs d’asile sont déboutés de leur demande.
Les Syriens et les Irakiens sont en droit d’attendre un peu plus d’indulgence certes, et de plus, leurs dossiers seront vraisemblablement traités plus rapidement, alors qu’en temps normal il faut prévoir de 18 mois à 2 ans.
La région d ‘ Agen possède un CADA (centre d’ accueil des demandeurs d’asile)mais dont les places sont limitées .Dans le temps de la demande d’asile politique, quelques droits sont ouverts: hébergement , quelque argent, puis ensuite, droit à chercher du travail.
La plupart des 80% déboutés du droit d’ asile restent cependant en France et n ‘ont , sans permis de séjour aucun des droits sociaux sauf celui de l ‘aide médicale d ‘ état , payante sous Sarkozy , redevenue gratuite sous la gauche .
Aucun droit , contrairement à ce qui est souvent véhiculé, ni allocations logement , ni allocations familiales, ni RSA, ni droit au travail ( tarifs crèche et cantine au prix maximum, car absence de bons CAF).

Comment vivre et faire vivre les siens: ne reste que le travail au noir .
Si vous hébergez chez vous un de ces démunis, aucune contrepartie de sa part n ‘est possible ;ce serait assimilé à de l ‘ exploitation d’être humain.
Dans les 80% qui errent sans permis de séjour la plupart ne peut ni ne veut repartir dans son pays.
Beaucoup ne sont pas expulsables , car en danger dans leur pays d ‘origine.
Il faut aussi savoir que tous les dossiers coûtent cher quand on n’ a pas le droit de travailler. Chaque feuille traduite de la langue d’origine l ‘est par un interprète assermenté et se paye cher, ainsi que les timbres fiscaux .
Il vaut mieux prendre un avocat sans aucun droit à l ‘aide juridictionnelle et ainsi de suite…
Quand vous parvenez au bout de cinq ans, dans le meilleur des cas, à obtenir un récépissé il faut prévoir une somme de 600€ à peu près, à partir de là, vous pouvez commencer à travailler. Quelques mois plus tard vous obtiendrez un permis de séjour exceptionnel pour la durée d’un an (payant environ 100€ par personne); à redemander tous les ans .
A savoir aussi que sans nationalité française aucun d’eux ne percevra jamais de RSA, donc gare au chômage .
Si un migrant est touché par une OQTF( obligation de quitter le territoire français) il va devoir fuir les  espaces publics , craindre les contrôles d’identité etc…

Même sans héberger de migrant , comment peut-on aider ?
Tout simplement en aidant ceux qui les aident matériellement: restos du cœur, secours populaire, secours catholique, croix rouge, Emmaüs , AFDAS( qui les aide à se meubler très bon marché par exemple) Si l’on a la possibilité d’hébergement pour une famille, penser à créer un équipe d’ entraide pour des relais d’ accompagnement , d’aide matérielle, parfois d’ aide psychologique ( les traumas subis avant le départ laissent des traces.)
En conclusion:
Après ces quelques infos, n’oublions pas que les sans papiers ne viennent pas pour nous piquer nos allocations familiales; ils n’ont qu’un seul droit, celui de l’accès aux soins de santé . Et dans le meilleur des cas ils n’obtiendront la nationalité française, eux et leurs enfants nés en France, guère avant 10 ans sur le sol français et bien plus souvent 15 ans ( 5 ans sans papiers + 5 ans ou 10 ans de permis de séjour exceptionnel).
Et dans tout ce temps leurs enfants seront la plupart du temps parfaitement intégrés, bilingues au moins , sinon plus, et participeront à la continuation de notre belle France métissée.
fin de la réunion vers 20h 30.
Une heure plus tard la barbarie débutait son œuvre dans les rues et les lieux de fêtes de Paris.
Ce n’ étaient pas des immigrés; ils étaient nés en France.
Ne jamais perdre de vue que le plus grand nombre de tués par DAECH dans le monde sont des musulmans.
Attention: ne nous trompons pas d’objectif. C’est contre DAECH qu’il faut lutter, pas contre les musulmans en général. C’est la guerre civile en France et ailleurs en Europe que souhaitent les intégristes. N’entrons pas dans leur jeu.
Pas d’ amalgame.
Un » Arabe  » n ‘est pas un  » musulman  » , laissons lui le droit de n’avoir pas de religion ou d’en avoir une autre.
Nous vivons dans un pays laïc, il ne suffit pas d’en être fier , il faut le vivre au jour le jour .
Liberté, Egalité, fraternité, en ce jour de deuil , ce n’est pas de l’angélisme, c’est encore plus et toujours la base de notre démocratie.

A consulter Le site de la CIMADE

Geneviève , Annunziata , Pierrette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *