Conseil municipal agité

Mercredi soir 21 octobre 2015 c’était jour de réunion du conseil municipal .

Fait inhabituel , un public nombreux dont nous faisions partie se tassait au fond de la salle sur trois rangées de chaises . Peu de points à l’ordre du jour  , l’encart du Petit Bleu annonçait 2 ou 3 délibérations techniques sans grand intérêt .

Alors pourquoi cet engouement soudain pour une séance que le public Astaffortais aurait bien le temps de décrypter  début Novembre dans « Ecoute ton village  » au milieu de tableaux de chiffres et délibérations rédigées dans un jargon administratif indigeste .

Si quand même !   Au détour d’une délibération concernant des suppressions de régies , nous avons appris que le bois résultant d’arbres tombés ou coupés n’était plus vendu à des particuliers  ou distribué à des gens dans le besoin comme cela était fait par le passé  , mais disparaissait tout simplement ! ( d’où l’inutilité de cette régie )

Nous avons aussi constaté le manque d’intérêt  autour de la table pour essayer de maintenir en activité le relais RAM – relais d’assistantes maternelles monté par plusieurs communes de l’ancien canton pour seconder et accompagner les « nounous » trop souvent isolées . A.Boubees à plaidé  le maintien et l’ avancée  importante qui avait été en son temps la création du RAM .

Alors c’était dans les questions diverses qu’il fallait trouver notre motivation à braver la morosité de cette soirée d’automne .

André Garros prenait la parole pour parler de l’école de musique .

Avant de poursuive le récit de la séance  , je vous rappelle  les faits :

En fin d’année scolaire dernière , un différend oppose l’association « musique et culture  » à sa prof de danse qui est accusée de débaucher des élèves pour le compte d’une autre asso à  Foulayronnes (Musiquenvie ) où elle travaille aussi .  Le ton monte et il est procédé à son licenciement  .

A la rentrée , cette dame rencontre la municipalité et demande à occuper  la salle de danse pour  renouveler son cours de modern jazz  pour le compte de Musiquenvie et ainsi continuer de débaucher les élèves mais cette fois sur Astaffort    . Sans prendre la peine de contacter ni Rania  ni aucun membre de « musique et culture  » et avoir ainsi une explication , Mme le Maire signe une convention d’occupation de cette salle pour un an .

Furieux ( enfin j’imagine ) Francis Cabrel président  de musique et culture envoie un courrier à tous les conseillers municipaux pour expliquer la situation ( peu d’entre eux sont au courant ) , s’étonner  du peu de dialogue , de considération et de reconnaissance  après  20 ans  de partenariat .

André Garros  donc est intervenu en rappelant la fragilité  de l’association qui perçoit        14 000 euros de la commune mais qui  ne tient  que grâce au soutien de son président  qui mets tous les ans entre vingt et trente mille euros pour combler le déficit et ainsi conserver des tarifs supportables pour les familles . Cette nouvelle concurrence sur les  cours de groupe  serait désastreuse .  Il a même laissé entendre que   l’activité  de l’école de musique pourrait  s’arrêter en fin d’année . Par ailleurs , le maintien  de Voix du Sud sur Astaffort  serait aussi  mis  en balance si cette convention n’était pas annulée  .

Il s’est aussi interrogé sur la légalité  de cette location à un tarif qui aurait dû être obligatoirement voté  par le conseil municipal .

Mme le Maire a répété  et répété  qu’à aucun moment elle n’avait voulu nuire à qui que ce soit , qu’elle l’avait bien expliqué  à Francis   Cabrel  , mais qu’il n’était nullement question de rompre cette convention  . Francis ayant payé tous les aménagements , elle cherchait une autre salle sur la commune .

La séance s’est terminée dans le brouhaha  le plus total , le public n’ayant pu retenir son indignation face à ce manque d écoute .

La séance s’est levée toute seule !

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *